Vitamine de croissance, anti-infectieuse, ayant une action sur l’équilibre “acide-base“, elle contribue par ailleurs à la nutrition des cartilages et des os, des organes digestifs, des vaisseaux sanguins, des muqueuses et des téguments (c’est un protecteur des épithéliums) et, à ce titre, est un facteur de rajeunissement. Elle joue un rôle important dans la multiplication cellulaire.

Ses effets sur le sommeil et la tension artérielle sont également à retenir. Elle se comporte, par ailleurs, comme un antagoniste de la thyroïde et un “frénateur” folliculaire dans le syndrome douloureux qui précède les règles.

Indications principales

Retards de croissance, asthénie, infections diverses (respiratoires et digestives), troubles oculaires, retards de cicatrisation des plaies.

Sources naturelles

Sous forme généralement de Provitamine A ou Carotène, dans la plupart des plantes et légumes verts et de nombreux fruits, notamment les carottes, l’ail, l’oignon, les tomates, les feuilles d’épinard, de pêcher, de mûrier, de marronnier, la banane, les navets, l’ananas, les céréales, les groseilles, les framboises, les mûres, l’abricot, le citron, l’oranger, le cynorrhodon ou églantier, les fruits oléagineux et les huiles végétales. Egalement abondante dans le germe de blé, le jaune d’oeuf, le lait entier, la crème, le beurre, le foie des poissons (huile de foie de morue)…

Carence

Avitaminose A : lésions oculaires : diminution de l’acuité visuelle (vision crépusculaire), boursouflement des paupières avec apparition de croûtes et dépilation, durcissement et opacité de la cornée, xérophtalmie, c’est-à-dire une ophtalmie sèche avec rougeur, sensation de cuisson, pouvant aboutir à la cécité. Arrêt de la croissance et diminution de la solidité des os.


Hypovitaminose A : amaigrissement par dénutrition, état de fatigue, baisse de la résistance aux infections (grippe…), modifications au niveau de la peau et des muqueuses qui deviennent sèches, au niveau des ongles qui deviennent cassants, des cheveux qui ternissent. Troubles des règles : durcissement douloureux des seins, douleurs abdominales, migraines, nervosisme, anxiété. Expose à la formation de calculs rénaux.

Excès

Intoxication grave à partir de dix fois la dose thérapeutique. La principale contre-indication de la vitamine A à fortes doses est lors de la grossesse. Peut provoquer une hypovitaminose C.
Les symptômes d’une hypervitaminose A dans les 4 à 8 heures suivant l’ingestion sont : hypertension intra-crânienne, céphalées, vertiges, vision floue, nausées, vomissements, diarrhées, somnolence, irritabilité, asthénie, troubles cutanés (peau sèche, prurit, desquamation), chute de cheveux, ongles striés, arrêt de croissance chez l’enfant.

Remarque

Dose quotidienne théorique nécessaire estimée : nourrisson 1’400 UI, enfant 1’400 à 3’000 UI, adultes 3’000 à 5’000 UI (soit 1,2 à 2 mg).
Chez les enfants, l’usage exclusif de laits écrémés, bouillis, de farines raffinées entraîne généralement des troubles graves d’avitaminose A. Les adultes soumis aux régimes stricts (sans graisses, ni légumes verts, ni oeufs) sont généralement carencés. Une bonne assimilation de la vitamine A nécessite par ailleurs des fonctions hépatiques et intestinales correctes.

santepratique.ch | Le portail romand des thérapies naturelles et alternatives