Plus que les cauchemars, le ronflement hanterait le sommeil de nombreux français. Imitant le bruit des motos, ou d’un animal qu’on n’oserait pas rappeler, il constitue un problème majeur pour les partenaires de lit. Pour obtenir une solution efficace, il est nécessaire de d’abord comprendre les origines du ronflement. Ses conséquences devront également être évaluée avant toute prise en charge. 

Pourquoi ronfle-t-on ?

Pour commencer, il est important de savoir que le ronflement est dû aux vibrations des structures de la gorge. Bien qu’il fasse l’objet de frustrations pour certaines, ce phénomène est complètement involontaire. Également appelé ronchopathie, il survient lors du relâchement des muscles de la gorge. La circulation de l’air est alors entravée et sa résistance par rapport aux tissus augmente, ce qui produit les bruits lors de la respiration. Mais son intensité varie selon plusieurs facteurs.
Le facteur premier est lié à l’obésité. Lors de la prise de poids, le corps s’approvisionne en graisses. Les matières grasses provoquent en effet un épaississement de la peau au niveau du fond de la bouche. Ce dernier forme alors une obstruction, ce qui met en difficulté le passage de l’air, d’où les bruits vrombissants.
La congestion nasale est aussi concernée quand on parle de ronflement.

 Le manque de ventilation oblige au dormeur à mobiliser plus d’air en ouvrant la bouche. Certes, ce mécanisme est bénéfique pour ce dernier. Néanmoins, il favorise le ronflement en procédant comme tel.
Enfin, les causes sont très diversifiées qu’on ne puisse les aborder une à une. On peut citer entre autres l’âge, la grossesse, la prise de toxiques (tabac, alcool…), les maladies ORL, la position, etc. 

Les conséquences 

En général, le ronflement ne représente aucun danger pour la santé. Le problème s’exprime plutôt chez les voisins de lit qui se retrouvent fatigués et stressés le matin. Pourtant, il existe bien des situations où ce symptôme s’avère grave en prenant forme de l’apnée du sommeil. Il s’agit d’un arrêt instantané de la respiration pendant la nuit, dû à l’importance de l’obstruction au niveau de la gorge. Ce défaut peut altérer la santé des dormeurs par la présence de somnolence ou faiblesse durant la journée. Dans le pire des cas, cela peut entrainer des dommages cardiaques pour le ronfleur. 

Comment y remédier ?

La solution qu’on avancerait en premier contre le ronflement sera la position. Il est vivement conseillé de ne pas dormir couché sur le dos pour réduire la probabilité de ronfler. Pour cela, un bon oreiller et un matelas souple favorisent le confort dans la position latérale.
La perte de poids se montre aussi utile pour éviter la ronchopathie. Surveiller ses diététiques et faire du sport sont les meilleures alternatives face à cela.
Très sollicitée lors du rhume ou des encombrements des voies respiratoires, l’utilisation des décongestionnants présente son efficacité. En fait, la respiration devient plus libre et minimise donc le ronflement.
Par ailleurs, quand les symptômes s’annoncent plus graves, le médecin peut avancer des exercices permettant de régler le tonus musculaire de la gorge. Toutefois, des mesures chirurgicales peuvent être requises pour les cas graves.

santepratique.ch | Le portail romand des thérapies naturelles et alternatives